L'ODYSSÉE D'AÏGA

l'Histoire
 

Aïga est dans la panade ! Elle, minuscule molécule d’eau,dormait tranquillement, gelée sur son glacier. 

Mais la chaleur est arrivée, et avec elle la fonte... À travers le torrent, la rivière puis le fleuve, Aïga va faire de bien étranges rencontres. 

Et, qui sait ?Peut-être rejoindre la mer !


L’Odyssée d’Aïga est l’histoire de notre lien à la nature, de nos glaciers, de nos torrents, de nos
rivières et de nos fleuves.

 

C’est l’histoire d’une humanité récente qui perturbe l’équilibre ancestral du monde sauvage,
l’histoire de notre espèce qui prend conscience de son lien à la Terre et de sa responsabilité environnementale.
C’est aussi l’histoire des liens qui se tissent lors d’une rencontre, et de leur évolution durant le
cheminement d’une vie.


Pour les petits comme pour les grands, La Sauvage propose une fable écologique teintée de
poésie et surtout... d’humour ! Les comédien.ne.s tourbillonnent avec joie et virtuosité,
embarquant ainsi les jeunes et moins jeunes dans notre histoire commune : celle d’un monde qui
disparaît et où, pourtant, survivent et se déploient des rires, des luttes et des espoirs.


 

***

Extrait

VODA – C’est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!
AÏGA – Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !! Mais c’est l’enfer, ça va beaucoup trop vite !!
VODA – Bah alors, c’est ta première fois dans un torrent ou quoi ?
AÏGA – Dans un quoi ?
VODA – Un torrent ! Un torrent c’est un cours d'eau élémentaire de montagne au débit irrégulier qui peut être de taille très variable.
AÏGA – Oh la vache j’ai rien compris. Et puis j’ai mal au coeur (nausée)
VODA – Bah en gros c’est comme un ruisseau ou une rivière, mais qui serait plus ou moins gros selon la saison : le torrent il grossit s’il a beaucoup plu ou si le glacier fond.
AÏGA – …le glacier fond ?!
VODA – Et pas qu’un peu mon n’veu ! Regarde, moi je suis arrivé dessus cette nuit, j’étais un flocon de neige, j’ai même pas eu le temps de geler que le soleil a tapé sur nous, et j’ai fondu direct ! Comme toi d’ailleurs.
AÏGA – Mais… mais moi je suis pas arrivée hier sur le glacier…
VODA – Sérieux ? T’y étais depuis quand alors ? T'as des souvenirs de ta vie d’avant ? Quand t’étais pas encore sur le glacier ?
AÏGA – Quelques flash ouais… Je me souviens d’une grosse bête que j’ai croisée à un moment, elle était immense, avec de grandes oreilles, de grandes cornes et un nez méga long, hyper poilue…
VODA – Le Parti Socialiste ?!
AÏGA - Quoi ?
VODA - Ah nan, un mammouth ! T’es sérieuse, la dernière fois que t’étais réveillée c’était à l’époque des mammouths ?? Mais tu sais que c’était y a 12 000 ans ?
AÏGA – …12 000 ans ?…
VODA – Il s’en est passé des trucs depuis que tu t’es endormie, tu m’étonnes que t’aies du mal à te souvenir. Attention, on arrive au lac !
AÏGA – Au lac ?? Me lâche pas Voda !
VODA - C'est le courant Aïga, c'est comme la vie, il faut se laisser porter !

Il disparait.

***

Note d'intention

Amoureuse du lien direct avec le public, La Sauvage renoue dans L’Odyssée d’Aïga avec l’esthétique cartoonesque chère à son cœur.

Le quatrième mur chute dès les premières secondes du spectacle, la connivence s’installe avec l’arrivée des premier.e.s spectateur.ice.s.

La scénographie très légère, adaptée à des tournées décarbonées, permet de donner ce spectacle en intérieur comme en extérieur.

Le public est embarqué dans un voyage ébouriffant, tant par le fond que par la forme : un unique escabeau devient tour à tour une montagne, une rampe de lancement, un cumulonimbus calvus 747.

La durée de 30 minutes permet de donner jusqu’à trois représentations dans une même journée. Ce format est adapté aux enfants qui, grâce aux différents niveaux de lectures, pourront échanger avec les adultes à l’issue de la représentation.

Dossier de production de l'Odyssée d'Aïga

©Thierry Laporte