AURORES

©Thierry Laporte

  

Synopsis 

Tout commence par une Histoire qui se raconte de place de village en cour d'école, de bord de cité en lisière de forêt. Un groupe de personnes vient nous raconter une histoire future, celle de la Révolution ultime : abolir le temps, c'est abolir le monde.

Mais cette histoire mythologique, utopiste, libératrice, cette possibilité d'un futur plus désirable, pourra-t-elle seulement exister ? Combien de petites histoires faut-il pour créer un mythe ? Nos histoires, est-ce qu'elles peuvent servir à ça ?

Alors, Lous, Sony et Eden nous racontent la leur, ce cheminement qui continue aujourd'hui et demain, entre le futur et le présent :

En France, dans un futur proche.

Les évènements climatiques, les tensions sociales, les scandales à répétition n’ont cessé de fragmenter, fragiliser et meurtrir le pays. Face à ce qu’il reste de l’État et son fonctionnement coercitif, de petits îlots de résilience naissent aux quatre coins du pays.
Eden et Lous ont fui leurs vies. Chacune guidée par une quête personnelle, elles se sont rencontrées en route, et tentent tant bien que mal d’atteindre Nouvel Horizon.
Épuisées, elle s'arrêtent dans ce qui ressemble à une ancienne ZUP désertée. Le but est proche, mais des évènements imprévus et la présence d’un étrange personnage, Sony, va complètement bouleverser leur aventure commune....

***

Aurores (creation Union) © Thierry Laporte16.jpg

***

Extrait
LOUS
Et Nouvel Horizon ?

 

SONY
C’est leur histoire. Nous ne sommes que les échos lointains de nos voisins, nous pouvons nous
entendre, mais certaines histoires ne se croisent pas. Il faut en écrire de nouvelles. Des
nouvelles qui relient. Votre histoire, elle relie ce trou paumé à Nouvel Horizon, si vous la menez
à son terme.
 Il faut manger. Le ventre vide est une mauvaise boussole dans la nuit, surtout en forêt.

***

Note d'intention

AURORES est une fiction futuriste qui parle de la (re)composition des mondes face à leurs destructions opérées par le régime politique mondial, un capitalisme post-colonial et patriarcal. C’est un chemin-récit, une histoire de voyage, où les questions de mise en mouvement (de pensée, d’action, de déplacement) sont traversées.

Ce qui est au cœur de cette pièce, ce ne sont pas les basculements en cours et futurs de notre civilisation, mais comment nous, individuellement, allons vivre ces changements. Comment trouver sa place en ces lieux multiples ? Le lieu que l’on habite, le lieu que l’on fuit, le lieu que l’on espère... Enfin, Aurores est traversée par le besoin de l’autre, du collectif et de l’entraide, par le refus de l’isolement et de l’altérité comme menace, mais surtout la nécessité absolue de tisser et entretenir des liens entre humain.e.s, comme avec le reste du vivant.

Comment, face aux troubles extérieurs, pouvons-nous ne pas sombrer intérieurement ? Qu’est-ce qui nous maintient en vie ? Qu’est-ce qui fait encore sens ? À quels futurs désirables pouvons-nous rêver ?

Horror dans la langue mondialisée, c’est ce qui nous est prédit à plus ou moins court terme par les sciences (dures et sociales), les médias, les dirigeant.e.s politiques du monde entier si nous ne luttons pas. Mais dans notre langue maternelle, Aurores c’est aussi l’aube qui se lève, et la lumière qui chasse les fantômes de la nuit.
Il n’y aura sans doute pas de grand soir de l’apocalypse, mais rêver dans l’entrelacement de la nuit et du jour nous semble nécessaire, en y mêlant les temps présents, passés et futurs. Et dans ces fils tissés, pouvoir imaginer encore et agir dès maintenant.

Forme & fond

Avec Aurores, nous souhaitons créer un spectacle autonome énergétiquement, et transportable à vélo. 

Nous produirons et stockerons nous même l'énergie nécessaire au spectacle (lumière et son) dans un rapport cohérent avec le récit. 

En collaboration avec un low-tech lab (fab lab spécialisé dans les low-techs, technologies à basse consommation, coût modique et plus écologique) nous créons un dispositif nous permettant d'être autonome énergétiquement.

En parallèle du spectacle, une exposition sera proposée :

le M.OM.A. Musée de l'Organisation Matérielle de l'Avenir

Une exposition interactive au sein de laquelle les spectateurices se verront proposés des archives audios fictives, des guides low-techs, de courtes nouvelles de l'univers d'Aurores mais aussi la possibilité de produire l'énergie nécessaire au spectacle grâce aux vélos et système de dynamos proposés en interaction. 

Mise en scène et écriture

Erwann Mozet

Avec l'aide précieuse de

Lorine Wolff

Avec

Hélène Bertrand, Nanyadji Ka-Gara, Axel Mandron

Scénographie 

Clarisse Delile

Création Lumière

Louis de Pasquale

Création son

Sarah Munro

Construction décor et vélos

Giancarlo Antinori

Costumes

Anastasia Krugliak

Coproduction : LA SAUVAGE (87), en cours

Soutien THÉÂTRE DE L'UNION (CDN de Limoges), L'EMPREINTE (Scène nationale de Brive), DRAC NOUVELLE-AQUITAINE, SCÈNE NATIONALE D'AUBUSSON

Dossier de production d'Aurores

©Thierry Laporte