Acerca de

Nanyadji Ka-Gara

Née à N’Djaména, Nanyadji s’est très tôt prise de passion pour les arts notamment le théâtre, la danse et la photographie, ce qui la conduit à se former au conservatoire de théâtre de Poitiers et par la suite à l’ESTBA (École supérieure de théâtre de Bordeaux en Aquitaine) dirigé par Dominique Pitoiset et Gerard Laurent, elle terminera ses années d’études en jouant dans la pièce « Machine Feydeau » sous la direction des metteurs en scènes Yann-Joel Collin et Éric Louis.

 Elle se forme également en danse lors de masterclasses en France et au Burkina-Faso et en dansant dans la troupe de danses africaines traditionnelles et de percussions «Djembé Sacré» dirigé par Valérie Chauvet et Omar Diop, ainsi qu’au sein du  groupe de recherche chorégraphique universitaire de Poitiers, dirigé par Isabelle Lamothe; elle y travaillera avec les chorégraphes Christian Bourigault, Jackie Taffanel, et Dimitri Tsiapkinis.

 

Attirée par la poésie, les discours politiques et la beauté que peut offrir un dialogue entre le texte, le corps et la voix.

Nanyadji travaille à la fois dans des productions théâtrales et chorégraphiques engageant la voix…

 

Elle travaille en tant que comédienne avec le metteur en scène Thierry Bedard dans « Un monde idéal » de Thierry Bedard, le metteur en scène Aristide Tarnagda dans « Roméo et Juliette » de Shakespeare, « Plaidoirie pour vendre le congo » de Sinzo Anza, « Pistes » de Penda Diouf, avec le groupe Apache dans le banquet littéraire « Sodome et Gomorrhe » de Proust, le metteur en scène Thomas Visonneau dans « Horace » de Pierre Corneille, le metteur en scène Silvano Voltolina  dans « ID+/«   de Roberto Fratini Serafide,

Et actuellement avec la metteuse en scène Émilie Rousset dans « Reconstitution: le procès de Bobigny », le metteur en scène Erwann Mozet dans « Aurores » d’Erwann Mozet et dans « la défense devant les survivants » adaptation de la nouvelle d’Adolfo Bioy Casarès par Clara Chabalier et Adèle Chaniolleau.

 

Elle travaille en tant que danseuse/performeuse avec le chorégraphe Vincent Dupont dans « Mettre en Pièce(s) », la chorégraphe Nina Santes dans « Hymen Hymne », la chorégraphe Lenio Kaklea dans « Encyclopédie pratique, détours », et actuellement avec la chorégraphe Marion Alzieu dans « Si c’est une fille ».

 

Nanyadji collabore avec la comédienne et autrice Julie Teuf dans la pièce « Claustria », présentée au Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine (TNBA) lors du Festival Novart 2013 ainsi que dans la pièce « Cendrillon » écrite par Julie Teuf.

 

Sensible à la transmission et aux opportunités d’échanges et de rencontres que cela permet, Nanyadji a également mené des ateliers de danse et de théâtre à L’EPCC de Guyane, en partenariat avec L’IDDAC et le TNBA, au CCNO, au TAP…

 

Hors plateau, elle crée avec l’artiste Yaya Sarria l’exposition et installation « Découvrir son identité et faire découvrir à l’autre » portée par l’Association Untendanses (France) et la cie Sabot du vent (Tchad), exposition présentée au Tchad, au Cameroun et en France en 2017, 2018 et 2019.

Ce projet est son premier travail photographique présenté publiquement.